L'État En partage

«  On devient un individu que lorsqu’on parvient à se relier de façon personnelle au collectif » Carl Gustav Jung

Une rencontre peut changer le cours d’une vie. Soudainement, elle peut donner un sens, une direction et ouvrir de nouveaux horizons...

De quoi s’agit-il ?
Nombreux sont les jeunes qui évoluent dans des contextes difficiles, peu enclins à leur offrir des opportunités. Les contacts qu’ils sont amenés à avoir les représentations de l’état peuvent alors être faits de méfiance. A cela, il faut répondre.

Le président de la république a fait  de la jeunesse une priorité. Il appartient aux différents ministères concernés de prendre des initiatives qui traduisent cet engagement.

Le ministère de l’intérieur a sollicité des  sapeurs pompiers, des gendarmes, des policiers, et des membres du corps préfectoral, pour s’investir dans une démarche inédite d’accompagnement  de jeunes.
Beaucoup ont immédiatement accepté.

Ils sont près de 130 à ce jour et autant de jeunes à s’être  portés volontaires. Sapeur- pompiers, gendarmes, policier sous – préfets et préfets accompagneront ainsi personnellement, des jeunes volontaires dans leur parcours personnel. Ils les guideront, les épauleront et les aideront à se projeter. A travers leurs rencontres, ils croiseront leurs regards sur le monde, dans une perspective d’enrichissement mutuel, de réciprocité et de prise de responsabilités.

Ce lien nouveau qui s’établit entre un agent qui, au quotidien, dans ses fonctions, incarne le courage, la protection des citoyens, ou encore l’autorité de l’état, et un jeune quel que soit son parcours, contribuera à tisser une relation renouvelée, apaisée et empreinte de confiance.

Comment ca marche ?

 Vous vous êtes portés volontaire pour former un binôme » agent au service de l’état – jeune volontaire » ce binôme va prendre vie pendent six mois.

La diversité des profils des jeunes et des agents volontaires ne  permet pas de formaliser une méthode unique, c’est donc à chacun, au sein de son binôme, de définir les modalités de ses rencontres.

Les grands principes :

  • Les  rendez vous ainsi que leur rythme sont à définir : l’idéal serait de se rencontrer 3 fois  par mois.
  • Une rencontre bilan au bout des trois premiers moi sera à envisager.
  • Les lieux de ces rencontres sont définir ensemble, ils sont libres  et à votre convenance.il est important de faire découvrir à l’autre ses espaces de vie et de travail.
  • En cas de problème dans le binôme, vous pourrez toujours joindre quelqu’un au : 01 49 27 31 56

 

Quelques repères pour les rencontres :
 

Pour celui qui est accompagné

Vous avez la chance d’être accompagné  par un fonctionnaire, un haut fonctionnaire ou un agent  public. C’est une formidable opportunité qui vous est offerte, saisissez- là !
Il ou elle saura vous apporter le soutien dont vous aurez besoin. Soyez rigoureux. Et surtout, soyez vous-même.

 

 Pour celui qui accompagne, trois enjeux- clés :

  • L’écoute
  • La compréhension
  • L’engagement

 

L’écoute

Il est difficile, pour  beaucoup de jeunes, de se faire écouter. Malgré la municipalité des lieux d’accueil ou accompagnement, il semble que la plupart des adultes en situation de rencontre avec des jeunes se protègent par la recherche de solutions toutes faites. Pourtant, ce sont des jeunes, simplement, qui cherchent quoi faire dans la vie, quoi faire de leur vie, C’est bien face à ce questionnement fondamental que doit savoir positionner l’adulte.

 

La compréhension

Pour qu’un tel accompagnement puisse nécessaire que l’adulte accepte de se développer, dans une relation non hiérarchique avec le jeune. Simplement aider  l’autre à prendre du recul, lui permettre de construire ses propres projets à partir de ses capacités il faut alors savoir «  doser l’empathie » c’est  à dire se mettre à la portée de l’autre, mais pas à sa place.

 

L’engagement

Les jeunes  ont besoin d’adultes qui s’engagent.la ghettoïsation des espaces géographiques et la séparation des tranches d’âges sont autant d’obstacles dans les rencontres des générations.ces dernières semblent avoir peur les unes et des autres. Pourtant, là où des adultes s’engagent avec des jeunes, les projets gagnent en profondeur, les adultes peuvent , en vivant des actions simples avec des jeunes, monter que les valeurs de solidarité, d’engagement et de partage peuvent se transmettre d’une génération à l’autre et qu’elles conservent leur dimension universelle. Il s’agit donc de mettre en place une relation équilibrée, épanouissante, mutuellement enrichissantes et bien définie : il vous  appartient de réfléchir au positionnement  adapté au cadre particulier de l’opération, en veillant à maintenir un subtil équilibré.




Menu principal

Article | by Abdellah